+352 621 50 40 20

Evaluer le point de vue du bébé en pouponnière : l’utilisation en test –retest de l’ADBB

Evaluer le point de vue du bébé en pouponnière : l’utilisation en test –retest de l’ADBB

Bébé

L’échelle Alarme Détresse Bébé est un outil de détection et d’évaluation du retrait relationnel chronique. D’abord conçu comme un outil de dépistage, il est cependant possible de l’utiliser en clinique au long cours dans un processus d’évaluation dynamique  afin de comprendre l’expérience que le bébé fait de son environnement relationnel.

L’évaluation dynamique est un concept issu de la psychologie et surtout du domaine de l’apprentissage. C’est une méthodologie qui consiste à évaluer davantage les processus mis en œuvre par le sujet plutôt que de faire un état des lieux du fonctionnement de la personne.

Il s’agit de faire une mesure du potentiel d’apprentissage de l’individu.

Dans notre contexte, celui des bébés dont on cherche à comprendre l’expérience relationnelle et leur niveau de stress, il s’agit  pour nous d’évaluer les processus/stratégies que le bébé va mettre en œuvre pour se protéger lui-même. Simultanément,  il s’agit aussi de pouvoir repérer les ressources du bébé, celles qui perdurent malgré des conditions de soins parfois complexes, nous parlons ici de la capacité d’engagement relationnel du bébé laquelle sera à la base des apprentissages pendant les toutes premières années de la vie.

Le retrait relationnel,  avant d’être chronique, est réactionnel. C’est ce qu’ont pu montrer les travaux de Ed  Tronick sur l’expérience du visage immobile.

L’expérience du visage immobile ( lien)  est un setting de laboratoire dont l’efficacité réside dans le fait que l’on contrôle volontairement  la rupture de la synchronie dyadique attendue par le bébé  au cours d’une interaction avec son parent (généralement la mère mais cela fonctionne aussi avec le père) et donc d’en observer les effets sur le bébé et ses comportements indépendamment d’autres facteurs.

On observe alors une première phase de protestation, puis  rapidement le bébé va se détourner, se désengager. Chez les bébés tout venants, cette dysynchronie, si elle perdure, va conduire à une phase de désorganisation des comportements du bébé (pleurs, agitation).

L’ADBB, lorsque l’on maîtrise suffisamment bien le concept de retrait relationnel et l’outil, permet aussi d’attraper et d’observer le retrait relationnel réactionnel, c’est à dire cette stratégie de coping  que le bébé met en œuvre pour faire face à une situation générant pour lui un stress interactionnel. Une stratégie de coping se définit comme l’ensemble des efforts cognitifs et comportementaux destinés à maîtriser, réduire ou tolérer des demandes spécifiques internes et/ou externes, vécues par le sujet comme menaçant, épuisant ou dépassant ses ressources (R. Lazarus et R. Saunier, 1978).

 

L’ADBB peut, en test –retest,  permettre de mettre en évidence le point de vue du bébé à l’aide d’un signal qui vient du bébé et de ce fait a donc toute sa pertinence pour la clinique  précoce.

 

Un exemple de ce type d’utilisation est le protocole « maintien du lien »  utilisé en protection de l’enfance  pour comprendre l’effet des visites parentales chez les bébés placés en pouponnière.

Une étude pilote a pu montrer que l’ADBB utilisée en test retest permettait d’observer différentes trajectoires de réaction chez les bébés recevant des visites  parentales en pouponnière. Ces observations permettent alors d’aider les professionnels de la protection de l’enfance à prendre des décisions dans le meilleur intérêt de l’enfant à partir de signaux qui viennent du bébé et dont la recherche a montré toute la pertinence.

En test-retest, l’ADBB va aussi permettre de monitorer la qualité de la prise en charge des bébés en pouponnière. C’est ce qu’a montré une recherche de Mascaró, Dupuis-GauthierJardri, & Delion, en 2012.

Un groupe de 32 bébés placés pour leur protection en pouponnière a été évalué à l’aide de l’ADBB, mais aussi d’autres outils sur l’évolution de leur comportement relationnel à deux temps : T0 , au moment de leur arrivé à la pouponnière, T1 : 4 mois après leur prise en charge à la pouponnière ; Les résultats ont montré une amélioration importante du comportement de retrait relationnel des bébés au cours de la prise en charge.

http://www.theses.fr/2015USPCB020

 

https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=DEV_122_0069

 

Une autre étude (http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/imhj.21416/full) montre que le retrait relationnel tel qu’évalué à l’ADBB est un concept valide pour évaluer l’effet de l’institutionnalisation et de la présence ou non d’une personne de référence sur le développement socio-émotionnel des bébés.

Enfin, il est aussi possible de monitorer le fonctionnement des groupes d’accueil : Evaluer régulièrement  ave l’aide de l’ADBB (une fois par mois par exemple) le comportement de retrait relationnel de tous les bébés d’un groupe d’accueil en pouponnière va permettre :

–       De repérer précocement celui qui ne va pas bien malgré les soins reçus et donc de prendre les décisions qui s’imposent, comme par exemple augmenter le temps avec sa personne de référence, prévoir  un bilan neuro pédiatrique, envisager un placement en famille d’accueil, etc.

–       De repérer si un facteur relationnel ou organisationnel impacte la dynamique de fonctionnement du groupe : trop de changements dans le personnel autour des bébés, un personnel en difficulté particulière (burn out, dépression), dans ces cas là,  c’est souvent la majorité des bébés du groupe de vie qui vont  présenter une chute de leur score moyen de retrait relationnel.

On le voit donc, les applications cliniques  de l’ADBB sont multiples,  surtout  dans la clinique complexe (protection de l’enfance). Sa valeur sémiologique est très importante pour comprendre l’expérience du point de vue du bébé et sa flexibilité d’utilisation en fait un outil peu couteux et fiable. L’ADBB est maîtrisable après 4 jours de formation, elle ne nécessite pas de matériel particulier  et peut être répétée autant de fois que nécessaire, enfin elle signale la difficulté du bébé bien avant l’apparition de symptômes plus graves (retarde de développement).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *